Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Eternel est son Amour

Articles avec #temoignages

C'est toujours ça!

19 Août 2017, 14:22pm

Publié par chantal johnston

Par deux occasions cet été j'ai rencontré deux vieilles dames adorables qui m 'ont demandé :"Alors vous faites quoi, dans la vie ?" "Et bien vous savez, j ai une grande famille, donc je me suis toujours occupée d' eux et de la maison" Elles ont chacune levé les épaules, esquissé un sourire en disant :"oh! C est toujours ça !". Ce à quoi j'ai répondu :"j'ai beaucoup de chance, c'est le meilleur métier." 

Se consacrer à sa famille, son mari et ses enfants, n'est pas une activité"par défaut" pour des femmes qui n'auraient pas réussi dans le monde! Pourtant non seulement ce rôle est de plus en plus déserté mais celles à qui on délègue ce rôle d'éducatrice, une armée de nounous et d'assistantes maternelles ne sont pas mises à la première place de la société!

On ne peut oublier le fait que beaucoup de mères n'ont pas de choix, et doivent aller chercher fortune hors de la maison. Mais la société toute entière semble avoir perdu la notion d'enfance et de maternité.

De la naissance à la tombe tout tourne autour de l'idée de succès, il faut se battre pour être le meilleur sinon la vie n'a pas de sens. Etre une femme catholique fidèle au Christ et à l'enseignement de son Eglise tout en prenant sa place dans le monde moderne devient un vrai défi.Le féminisme est passé par là en considérant la maternité comme un obstacle à la réussite professionnelle indispensable à l'épanouissement féminin.

Quand nous nous sommes mariés, nous n'avions même pas parlé des enfants à venir, mais cela faisait partie du jeu, dirons-nous. Cependant nous n'envisagions certainement pas d'avoir une large famille, cela avait déjà mauvaise presse. Mais lorsque notre aîné s'est annoncé, je savais que je voulais m'occuper de lui, veiller sur lui, voir toutes "ses premières fois", et mon mari n'avait même pas envisagé une alternative. Et pourtant notre compte en banque ne faisait pas la richesse de notre banquier! Les vacances étaient rares et tout signe de luxe appartenait à une autre planète.Mais lorsque je me suis sérieusement mise à la suite du Christ j'ai compris que non seulement ma vocation était de materner les enfants que Dieu me donnait mais que Celui ci m'invitait aussi à être ouverte à la vie, à  ne pas être avare de mon corps et peu à peu la famille s'est agrandie .

Je n'ai jamais regretté notre choix, qui n'en était pas vraiment un car cela venait de soi. Je n'ai jamais envié celles qui avaient décidé autrement. Je me souviens d'un proche qui avait dit "A quoi ont servi ses études?" Grâce à elles, j'ai pu avoir une ouverture sur le monde en général, comprendre ce qui s'y passe, assumer ma vocation tout en faisant part de ce monde. Ma vie de mère au foyer a aussi beaucoup contribué à une certaine intimité avec le Seigneur, une certaine compassion pour les plus faibles de tous genres, car s'occuper d'une famille sans aucune aide n'est pas toujours facile, mais les fruits sont tellement nombreux non seulement pour la femme mais pour sa famille et la société.

La maternité est une qualité intrinsèque de la femme, cette dernière devrait toujours avoir le choix de l'assumer à part entière sans être snobée par la société, Les femmes comme moi ont eu beaucoup de chance et je crains un futur où nos filles et petites filles ne pourront plus choisir.Les catholiques ont un rôle à jouer en remettant la femme au centre de la famille. Satan continue à attaquer la femme, ce faisant il détruit la famille, détruit la société et porte atteinte au peuple de Dieu.

 

Voir les commentaires

Pour le meilleur et pour le pire

17 Août 2017, 15:24pm

Publié par chantal johnston

Quand je me suis mariée j'étais tellement loin de Dieu que je n'ai rien retenu des quelques réunions de préparation au mariage où nous sommes allés, seulement une chose fruit de l'expérience d'un couple animateur: ne pas trop retarder la venue d'un enfant, car en cas de stérilité, le processus d'adoption prenait des années! Pour moi mariage signifiait famille donc enfant. Après la célébration de mariage, l'église nous a complètement abandonnés à notre propre sort. 

De nos jours les choses ont bien changé, et l'église propose beaucoup d'aide, même si c'est encore insuffisant à en juger par le nombre de divorces et de cas de nullités dont je ne connaissais même pas l'existence il y a 40 ans!

Le mariage est l'évènement par excellence qui va faire bouger l'homme et la femme sur le plan spirituel. L'union de 2 êtres complètement différents avec la promesse de s'aimer et se respecter jusqu'au bout est un vrai défi, il l'a toujours été mais l'est encore plus dans notre société et sa recherche du plaisir instantanné dans tous les domaines.

Le sacrement de mariage que se donnent les époux avec le Christ faisant le lien entre ces deux "étrangers",n'est pas une garantie mais il est certainement le pilier d'une construction qui prendra du temps, nécessitera beaucoup de patience, de pardons et de miséricorde. Même si les mariés n'en sont pas conscients (c'était certainement notre cas) le sacrement est là, le Christ a été invité et il ne quittera pas même si nous le mettons à l'écart.

Chaque époux suit son chemin de Foi (ou de non foi, d'ailleurs) et là encore la prière et la vie d'église est importante pour continuer cahin caha avec l'autre. Je me souviens de mon mari me dire "Si tu veux que je viennes à ton église, il faudra que tu te convertisses,que je te vois changer". Mais peu à peu les choses ont évolué, sans que je devienne une sainte! Nous nous portons l'un et l'autre à tour de rôle. Il est trop tentant de vouloir changer son conjoint, même si c'est pour son bien! Entrer dans un chemin de conversion et de prière, prendre soin de soi spirituellement, et Dieu fera le reste.

trois-lys_redimensionner.jpg

" À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair.
Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas !
 »
Mat 19:4

Voir les commentaires

Ah, si on avait su!!!

4 Juillet 2017, 21:21pm

Publié par chantal johnston

Je vous traduis ce témoignage d'une épouse catholique et sa fertilité, j'ai admiré son honnêteté:

"Nous avons eu 7 grossesses, et fêterons nos 38 ans de marriage dans quelques semaines.

P.et moi même en avons fini avec nos années "reproductives", et cela me manque.Et pourtant en entendant notre petite fille de 3 ans exprimer fortement sa frustration parce qu'elle ne pouvait pas dormir chez elle dans son propre lit, je me suis souvenu combien ces temps avaient été difficiles!

Il faut admettre que nous apprécions pouvoir remettre nos petits enfants à leurs parents. En tant que grands-parents, cette petite croix aussi adorable soit-elle, est un peu plus légère pour nous que pour eux.

J'étais très jeune lorsque j'ai suivi mes premiers cours sur la méthode naturelle de planning familial.J'étais en dernière année de lycée, et P avait obtenu sa licence l'année d'avant. Nous étions fiancés mais ne devions nous marier que 2 ans plus tard. Je voulais utiliser ce temps pour maîtriser cette méthode. Je me souviens même qu'un de mes professeurs et son épouse suivaient ce même cours , ce qui était gênant mais nous sommes passés outre!

Je me souviens aussi du couple sympathique qui enseignait,selon moi d'âge mûr, ils étaient probablement plus jeunes que moi actuellement! Ils nous ont expliqué que cette méthode naturelle avait bien marché pour eux et avait fait beaucoup de bien à leur mariage.Mais ils ne nous ont jamais dit que cette méthode était à utiliser dans des situations importantes voir graves, et non uniquement quand, à certains moments on ne voulait pas vraiment avoir de bébé . Pour nous, produits d'une éducation catholique très libérale dans les années 70,  sauver la planète d'une surpopulation et préserver notre terre de montagnes de couches jetables étaient suffisants pour que nous sortions du cycle de reproduction. Je doute même que la notion de "souffrance salvatrice" aie jamais été évoquée.

J'ai donc appris la méthode, pris ma température, noté les signes de fertilité du mieux possible. J'étais heureuse de voir que mes graphiques correspondaient à ceux qu'on nous avait montrés comme exemple, et je pensais vraiment que ce serait un succès dans notre mariage!

La réalité s'imposa après le mariage! le stress de cette période suffit à bouleverser mon corps et par conséquent tous mes graphiques! Et la méthode enleva tout romantisme à notre mariage.Finalement tout rentra dans l'ordre et nous sommes devenus un couple exemplaire en ce qui concerne la méthode naturelle, avec prises de température tous les matins à 6 h et inscription( ou non )quelques heures plus tard dans mon petit carnet. P. essayait d'ignorer certaines périodes risquées, mais pas moi, et nous avions nos disputes chaque mois.

Mais avec le temps j'ai compris comment mon corps fonctionnait et j'ai appris à reconnaître les signes de mon cycle mensuel. Nous n'avions reçu aucun enseignement sur l'importance d'avoir des enfants pour le mariage et sur l'ouverture à la vie et à toute nouvelle création. Nous n'étions pas dans cet état d'esprit,nous pensions être des personnes "responsables" envers la planète, l'environnement, le féminisme tout en profitant de la vie. C'est ainsi que nous avons traversé notre vingtaine.

Ce n'est qu'après la naissance de notre aîné (probablement conçu pendant une de nos disputes mensuelles) que nous avons réfléchi à la situation.Ce premier bébé nous a vraiment reconduit à la Foi Catholique.Nous avons décidé de vivre d'une manière authentiquement catholique et avons compris que cette méthode naturelle ne nous conviendrait que si nous voulions vraiment éviter ou retarder toute grossesse.Cela ne pouvait pas être un style de vie.Cela nous a libérés car nous avons pu revoir nos priorités dans nos vies.

J'ai découvert le discours sur l'ouverture à la vie et au plan de Dieu pour notre famille.J'étais surprise d'entendre que c'était OK de ne rien faire,ce que je n'avais jamais imaginé.Je me suis même sentie coupable d'avoir passé une grande partie de mon mariage à refuser les enfants que Dieu voulait me donner.

Entre 30 et 40 ans nous n'avons suivi aucune méthode et avons conçu 4 enfants suivis par deux autres après la quarantaine.Cela a-t-il aidé ou blessé notre mariage? Je pense que les idées héritées des années 60 et 70 lui ont fait beaucoup plus de mal que la méthode naturelle de contraception! Au moins avec cette méthode nous avons compris que Dieu avait un plan même pour nos corps.Mon seul regret est que nous n'avons pas compris assez tôt le rôle de la maternité, de la paternité, l'importance de notre relation avec Dieu.

Etre ouvert à l'arrivée d'un nouvel enfant n'a pas toujours été facile, et parfois cela a semblé financièrement impossible.Mais quand je vois mes enfants je  suis tellement heureuse de les avoir, et encore plus heureuse du cheminement de notre vie de couple.

 



Paru en anglais dans le blog "My Domestic Church"
 

Voir les commentaires

Chante Alléluia au Seigneur!

16 Juin 2017, 15:51pm

Publié par chantal johnston

Comme la transfiguration a été une manifestation très concrète de la divinité de Jésus, un mémorial pour les apôtres  qui en étaient témoins, nous aussi avons des petites (ou grandes) révélations sur notre route de pélerin, des révélations qui nous font chanter "Alléluia", mais pas pour suivre le mouvement, par habitude, mais avec vraie conviction.

Les 2 derniers jours notre fille a vécu des moments d'angoisse (et nous avec elle), devant le risque que son dossier de 1ére année de licence ne pourrait pas être transféré dans une autre faculté à cause d'une mauvaise organisation de celle où elle se trouve (je vous épargne tous les détails). Dans ces cas là, mon mari en a assez de dénouer les noeuds dans sa propre compagnie et me laisse en charge de la situation. Après maints coup de téléphone et aucun progrès, je l'ai convaincu de nous accompagner sur place pour agir et parler à quelqu'un. Nous avions prévenu par message téléphonique de notre arrivée avec une autre famille dans la même situation. La partie n'était pas gagnée, car la fin d'année est une période très surchargée pour le personnel. Nous attendions sur le trottoir l'autre famille, quand tout à coup une dame qui sortait de la faculté pour aller déjeuner, a vu ma fille et lui a posé une question, de là nous avons exposé notre problème, notre angoisse  et notre désir de discuter pour le régler. Après quelques discussions elle a accepté, de supprimer son déjeuner, annuler une réunion et de nous accompagner pour en parler avec qui de droit, qui elle aussi a recule un rendez-vous.C'est plus tard autour d'une salade que j'ai réalisé la force de l'intervention divine: Le Seigneur avait fait sortir cette dame juste au bon moment! A quelques minutes près tout aurait pu être beaucoup plus compliqué.Alléluia! Je l'ai fait remarqué à ma fille, qui n'avait pas réalisé, et qui m'a adressé un de ses plus beaux sourires. Alléluia!

Nous avons toutes ce genre de choses qui nous arrive, mais souvent nous oublions bien vite. Dans l'ancien testament, les hébreux construisaient des autels avec des pierres à l'endroit où Dieu se révélait. Il est bon pour nous de dresser des autels, dans nos têtes, dans des agendas, des petits carnets pour se remémorer ce que le Seigneur fait dans nos vies. N'attendons pas les grands évènements! Tous ces mémoriaux nous aident à avancer.

 

 

Voir les commentaires

 "Tu nous a fait pour toi, Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu'il ne demeure en toi"

1 Juin 2017, 08:06am

Publié par chantal johnston

Chaque saison est propice à développer notre relation à Dieu, à entrer dans une échange d'Amour avec Lui. En été, les bancs dans les petits coins du jardin sont pour moi des vrais petits Paradis. Un banc avec ses 'bras' toujours prêts à nous accueillir avec une petite place à côté, littéralement pour le Seigneur, mais aussi, après ,pour les compagnons de vie, ceux qui partagent notre quotidien, famille et amis.

Ne soyons pas avares de notre temps. 5 mn ou plus, en prière plus ou moins longue, et juste pour le plaisir. Je me suis aperçue que chaque fois que j'ai donné de l'argent, fait l'aumone, par la suite,cet argent ne m'a pas manqué. Il est parti, oublié. Connaissez vous cette anecdote? Des missionnaires vont vivre en Afrique et voyant une famille dans la misère (la vraie ,pas celle de chez nous), lui apporte un gros bol de riz, la mère de famille va chez les voisins et leur en donne la moitié avant de retourner chez elle et de partager avec ses enfants.

C'est pareil avec notre temps, ne volons pas à Dieu ce temps qui lui appartient de toute façons. Les 5, 10 minutes ou plus que nous passons avec Lui, au bout du compte ne nous manquera pas.

 "Tu nous a fait pour toi, Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu'il ne demeure en toi". dit Saint Augustin.Nous nous affairons sans cesse, pour les besoins, mais aussi pour le plaisir, toujours à la recherche du sentiment d'avoir bien fait les choses, de s'être épanouies, et finalement de régner en Dieu sur nos vies.Nous n'entendons pas souvent Jésus qui nous appelle "Marthe! Marthe !Tu t'agites et tu t'inquiètes pour bien des choses!..." Il ne nous demande pas forcément de tout laisser tomber, mais seulement de lui faire une place. C'est vrai que toute notre action peut être prière, mais seulement si on a pris le temps de s'arrêter pour Lui parler et surtout pour L'écouter.

Quel beau témoignage si les autres , y compris vos hôtes ,voient que vous passez un peu de temps en prière. Je me souviens de cette amie, mère de 10 enfants chez qui je passais quelques jours. Chaque matin elle disparaissait après le petit déjeuner pour prier dans sa chambre. Lorsque je deviens flémmarde dans la  prière, je pense souvent à elle.Quel beau témoignage aussi pour nos enfants! 

 

Voir les commentaires

Pourquoi, Seigneur?

8 Mai 2017, 12:51pm

Publié par chantal johnston

Voici un article tiré d'un magazine anglais que j'ai traduit pour vous en espérant que les mamans concernées y trouvent encouragement.

Parce qu'elle était intervenante à un colloque évangélique, pour moi il allait de soi qu'elle était une chrétienne heureuse et comblée. J'avais tort.

"J'ai deux fils,me dit-elle, ils sont tous les deux en prison, je ne pensais pas pouvoir intervenir dans ce colloque avec mes enfants qui ont si mal tourné. Mais le Seigneur m'a conduit à conseiller d'autres femmes qui ont la même souffrance que moi. Et beaucoup de ces mères qui regardent cette situation comme un échec, retrouvent la Foi en Christ"

Quelques semaines plus tard j'ai été amené à raconter ce témoignage, un couple m'a approché et m'a remercié en ajoutant:" Alors que nous étions en mission en Asie, nous avons appris que notre fils venait d'assassiner sa femme et ses 2 enfants. Nous avons pensé que nous n'étions plus dignes d'être en mission. Maintenant, nous pensons que nous le pouvons peut-être"

Beaucoup dans l'église voudraient servir activement, mais pensent que ce serait hypocrite. "Comment osons nous parler du Sauveur quand on n'est même pas capable de gérer sa propre maison ?"

Telle personne encourage les parents pour suivre les préceptes de Dieu, tout en se demandant où elle même s'est égarée pour que sa fille emménage avec son petit ami!

Nombreux sont les croyants qui ont prié pour leurs enfants, les ont consacrés au Seigneur, leur ont enseigné ses préceptes. Ils examinent leur vie, se demandent où ils se sont trompés et crient vers le Seigneur.

Que s"est-il passé? Ils ne savent pas et posent cette question à Dieu, et malgré tout ils mettent leur confiance en Dieu et continuent , souffrant au plus profond d'eux mêmes.

Ils ne peuvent se vanter de leurs succès de parents, grand-parents, et pourtant Dieu les utilisent pour conforter ceux qui sont dans la même situation mais ne savent pas comment continuer sur le chemin de la foi, car dans une église où chacun porte souvent un masque,ils voient "quelqu'un qui comprend, qui sait ce que je ressens!"

Nous ne devons pas laisser Satan gagner sa lutte pour détourner nos enfants, en nous cachant et refusant de témoigner de la puissance de Dieu.Celui-ci peut nous utiliser pour aller à la rencontre de ceux qui connaissent la même souffrance que nous.De même que le Seigneur peut se servir d'autres personnes en souffrance pour témoigner auprès des enfants rebels.

Dans une grande ville un homme qui avait été rebel toute sa vie, plus de 50 ans, a vu de nouveaux voisins emménager, ignorant qu'ils était croyants. Des liens se sont tissés et peu à peu la vie de cet homme a commencé à changer, jusqu'à ce qu'il retourne à l'Eglise. Cet homme ne savait pas que nombreux étaient ceux qui avaient prié pour lui pendant ses années de rebellion.

Nous sommes entourés de parents qui prient sans cesse pour que le Seigneur envoie quelqu'un sur la route de leurs enfants qui se sont détournés de Lui. Nous pouvons être ce "quelqu'un". Quoiqu'il nous arrive, quelle que soit notre souffrance, nous sommes les "envoyés de Dieu". Nous sommes appelés. Nous pouvons confier nos enfants prodigues au Seigneur et continuer à le servir où qu'Il nous envoie.

Voir les commentaires

Dieu nous surprend aussi dans les petites choses

3 Mars 2017, 23:11pm

Publié par chantal johnston

Initialement je pensais supprimer Facebook pendant ce carême, et passer moins de temps sur mes boites mails qui inévitablement me conduise à consulter des pages sur internet ,qui ne sont pas de mauvaises choses mais consument beaucoup de mon temps! J'ai beaucoup hésité mais finalement n'ai rien fait dans ce sens. Mais Dieu nous surprend aussi dans les petites choses: mercredi des cendres, j'ai trouvé, sans le chercher un moyen de limiter mon temps passé devant ce fatidique écran! D'une part en découvrant, ce jour là, une adresse "unroll.me" qui m'a permis de me désabonner rapidement et facilement de toute une série de Newsletters dont je n'avais pas vraiment besoin. D'autre part en apprenant que je pouvais désactiver les notifications de nouveaux éléments Facebook et de nouveaux emails sur mon téléphone portable. Ainsi je ne suis plus tenter de jeter un coup d'oeil sur mes messages, je ne regarde que brièvement une ou deux fois par jour. 

Merci Seigneur de ton petit coup de pouce !

Voir les commentaires

Elisabeth de la Trinité

2 Mars 2017, 15:04pm

Publié par chantal johnston

"Marche en Christ...cette voie large,tu n'es pas faite pour les sentiers étroits d'ici-bas....Sois enracinée en Lui.....Sois affermie en la foi....Crois qu'il t'aime,qu'Il veut t'aider Lui-même dans les luttes que tu as à soutenir.....(et) tu vivras dans l'action de grâce" Ces beaux conseils viennent d'Elisabeth de la trinité.

Née Elisabeth Catez en 1880, cette très belle jeune fille deviendra carmélite, mourra à 26 ans à la suite d'une maladie et sera canonisé en 2016. Elle-même habitée par Dieu, elle nous invite à Le retrouver au plus profond de nous.

Ou que nous soyons,(la maison, le bureau, l'usine, le supermarché...)quoique nous fassions( le ménage, le shopping, les devoirs, la comptabilité....)nous devons être enracinées en Dieu, nous appuyer sur son amour, ainsi nous pourrons rendre grâce pour chaque instant de vie.

Le Christ? La voie large? Je me suis posée la question car on parle plutôt de la porte étroite! Mais en fait, il est vrai que si on choisit le Christ,Il nous donne une liberté beaucoup plus grande que celle promise par le monde, car elle nous place sous ses yeux et son jugement d'amour.

Si vous voulez en savoir plus sur cette femme merveilleuse, tapez ce lien sur votre barre d'accès:  http://elisabeth-dijon.org/

 

 

Voir les commentaires

Vivre la vie à pleines dents!

30 Janvier 2017, 19:59pm

Publié par chantal johnston

Quoique l'on fasse Madame la Mort nous accompagne tout au long de nos vies et attend de nous couper l'herbe sous le pied. Pour la quatrième année elle s'est faite remarquer dans nôtre famille dès les premiers mois. En 2014 ma tante "ainée"du côté de papa est partie, en 2015 c'était le petit frère de papa, en 2016 le mari d'une de mes cousines et ce mois-ci mon beau-père. Ce dernier décés n'était pas un choc car il avait 92 ans et était malade depuis 4 ans. Mais la mort arrive toujours par surprise et nous déstabilise. J'ai eu l'impression de vivre un long Samedi Saint, vous savez ce jour vide, quand Jésus est descendu aux enfers pour libérer tous ceux qui y attendaient, ce jour où on attend la célébration de la résurrection. La mort est une des seules choses qui stoppe tout,et pas seulement pour la personne concernée mais pour ceux qui l'entourent aussi, soudain plus rien n'a d'importance, le travail, les engagements,les distances. Elle nous rappelle qu'il est bon de profiter les uns des autres car on ne sait jamais si on se voit pour la dernière fois. Il parait que dans un certain ordre religieux les soeurs se couchent chaque jour un moment dans un cercueil pour ne pas oublier la finitude de leur vie terrestre! Je n'aurais pas le courage de faire cela, mais il est bon de se rappeler que tout ce que nous avons , les biens matériels mais aussi ceux qui nous entourent sont des purs dons de Dieu que nous devons apprendre à apprécier. Mon beau-père était une de ces personnes qui voyait toujours le côté positif des choses et des gens. Les 4 dernières années ont été difficiles et douloureuses,et ont vu la descente d'un homme extraordinaire,mais qui n'a jamais baissé les bras jusqu'au bout, riant même de lui-même!


 

Si nous vivions vraiment dans la perspective de notre départ vers l'Au-delà, nous pourrions vraiment vivre pleinement la vie qui nous est donnée, sans chercher d'éternelles  gratifications.Nous pourrions vivre notre vie de femme, d'épouse, de mère sans chercher sans cesse si c'est mieux du côté des hommes! Courage mes soeurs, la vie passe tellement vite et tous nos soucis, problèmes, mais aussi  nosjoies seront bientôt de lointains souvenirs.

Voir les commentaires

Etes-vous prêts à partir rejoindre celui qui vous a créés?

18 Janvier 2017, 17:29pm

Publié par chantal johnston

Etes-vous prêts? Telle était la question de notre prêtre lors de l'eucharistie de Samedi soir. Quelques jours auparavant un groupe de jeunes catholiques en Ecuador partaient en bus faire une retraite, passer un week-end avec le Seigneur. Le bus s'est renversé, ils sont partis pour la retraite éternelle!
Dimanche dernier un paroissien très actif dans la paroisse est allé discuter avec ce prêtre nouvellement arrivé pour faire connaissance, un homme qui allait à la messe régulièrement en semaine et qui avait créé un groupe pour les divorcés fidèles à leur mariage. Il parle au prêtre d'un livre qu'il venait d'écrire sur le sujet, le prêtre n'était pas au courant :"oh, il faudra que je le lise! » Le lendemain, il trouve le livre dans sa boite aux lettres avec un mot de l'auteur. Le soir même, lors du repas avec le reste du clergé, il entend parler de funérailles et demande de qui il s'agit." Vous savez, ce paroissien qui menait un groupe pour les divorcés non remariés"!
Sommes-nous prêts à quitter ce monde et à rencontrer Dieu face à face?

En 2005, grande année car naissance au ciel de Jean-Paul II et de frère Roger de Taizé, face à mes clichés de mammographie le verdict de mon gynécologue tombe tel un couperet : « Madame vous avez un cancer du sein ! » La douche froide. Qu’est-ce que je n’ai pas bien fait pour en arriver là ? Allaitement et famille nombreuse agissant comme bouclier contre cette maladie, je n’y comprends rien, visiblement 6 enfants et au moins 7 ans d’allaitement, ce n’était pas assez pour moi ! Pas de révolte juste de l’incompréhension. Et la certitude que j’allais bientôt mourir. Ma seule grande tristesse était que ma fille devrait grandir seule sans moi à ses côtés. Très vite je me suis faite à l’idée, et contrairement à beaucoup de malade je ne pensais pas pourquoi moi ?, mais pourquoi pas moi ? Ce temps fut un temps de grâce pour moi. Depuis notre retour de Londres, j’avais essayé de recevoir une chaine catholique chrétienne américaine que j’aime beaucoup, impossible, peu de temps après la découverte de mon cancer, elle est apparue sur ma télévision comme par miracle. J’ai eu des moments merveilleux avec nos enfants et mon mari. Et j’ai vraiment vu la futilité des choses de ce monde, je me souviens marcher dans les rues, regardant les chalands et penser « quel temps et argent gâchés à acheter des choses inutiles ! Peut-être que demain ils vont mourir ! » Je savais qu’au plus profond de moi se logeait le plus beau des trésors : Jésus Christ. Mais il arriva aussi un moment où j’ai été prise de panique : « Et si je n’étais pas prête à rencontrer le Seigneur ? Et si j’avais encore des pardons à demander ? »Grâce à Dieu il me donnait l’occasion d’y remédier. Mais la mort arrive parfois si vite qu’on n’en a pas le temps ! Nous devons chaque jour nous préparer, pas pour vivre angoissée, mais pour vraiment vivre La Vie que Dieu veut pour nous

Voir les commentaires

1 2 3 > >>