Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Eternel est son Amour

Articles avec #famille

C'est toujours ça!

19 Août 2017, 14:22pm

Publié par chantal johnston

Par deux occasions cet été j'ai rencontré deux vieilles dames adorables qui m 'ont demandé :"Alors vous faites quoi, dans la vie ?" "Et bien vous savez, j ai une grande famille, donc je me suis toujours occupée d' eux et de la maison" Elles ont chacune levé les épaules, esquissé un sourire en disant :"oh! C est toujours ça !". Ce à quoi j'ai répondu :"j'ai beaucoup de chance, c'est le meilleur métier." 

Se consacrer à sa famille, son mari et ses enfants, n'est pas une activité"par défaut" pour des femmes qui n'auraient pas réussi dans le monde! Pourtant non seulement ce rôle est de plus en plus déserté mais celles à qui on délègue ce rôle d'éducatrice, une armée de nounous et d'assistantes maternelles ne sont pas mises à la première place de la société!

On ne peut oublier le fait que beaucoup de mères n'ont pas de choix, et doivent aller chercher fortune hors de la maison. Mais la société toute entière semble avoir perdu la notion d'enfance et de maternité.

De la naissance à la tombe tout tourne autour de l'idée de succès, il faut se battre pour être le meilleur sinon la vie n'a pas de sens. Etre une femme catholique fidèle au Christ et à l'enseignement de son Eglise tout en prenant sa place dans le monde moderne devient un vrai défi.Le féminisme est passé par là en considérant la maternité comme un obstacle à la réussite professionnelle indispensable à l'épanouissement féminin.

Quand nous nous sommes mariés, nous n'avions même pas parlé des enfants à venir, mais cela faisait partie du jeu, dirons-nous. Cependant nous n'envisagions certainement pas d'avoir une large famille, cela avait déjà mauvaise presse. Mais lorsque notre aîné s'est annoncé, je savais que je voulais m'occuper de lui, veiller sur lui, voir toutes "ses premières fois", et mon mari n'avait même pas envisagé une alternative. Et pourtant notre compte en banque ne faisait pas la richesse de notre banquier! Les vacances étaient rares et tout signe de luxe appartenait à une autre planète.Mais lorsque je me suis sérieusement mise à la suite du Christ j'ai compris que non seulement ma vocation était de materner les enfants que Dieu me donnait mais que Celui ci m'invitait aussi à être ouverte à la vie, à  ne pas être avare de mon corps et peu à peu la famille s'est agrandie .

Je n'ai jamais regretté notre choix, qui n'en était pas vraiment un car cela venait de soi. Je n'ai jamais envié celles qui avaient décidé autrement. Je me souviens d'un proche qui avait dit "A quoi ont servi ses études?" Grâce à elles, j'ai pu avoir une ouverture sur le monde en général, comprendre ce qui s'y passe, assumer ma vocation tout en faisant part de ce monde. Ma vie de mère au foyer a aussi beaucoup contribué à une certaine intimité avec le Seigneur, une certaine compassion pour les plus faibles de tous genres, car s'occuper d'une famille sans aucune aide n'est pas toujours facile, mais les fruits sont tellement nombreux non seulement pour la femme mais pour sa famille et la société.

La maternité est une qualité intrinsèque de la femme, cette dernière devrait toujours avoir le choix de l'assumer à part entière sans être snobée par la société, Les femmes comme moi ont eu beaucoup de chance et je crains un futur où nos filles et petites filles ne pourront plus choisir.Les catholiques ont un rôle à jouer en remettant la femme au centre de la famille. Satan continue à attaquer la femme, ce faisant il détruit la famille, détruit la société et porte atteinte au peuple de Dieu.

 

Voir les commentaires

Pour le meilleur et pour le pire

17 Août 2017, 15:24pm

Publié par chantal johnston

Quand je me suis mariée j'étais tellement loin de Dieu que je n'ai rien retenu des quelques réunions de préparation au mariage où nous sommes allés, seulement une chose fruit de l'expérience d'un couple animateur: ne pas trop retarder la venue d'un enfant, car en cas de stérilité, le processus d'adoption prenait des années! Pour moi mariage signifiait famille donc enfant. Après la célébration de mariage, l'église nous a complètement abandonnés à notre propre sort. 

De nos jours les choses ont bien changé, et l'église propose beaucoup d'aide, même si c'est encore insuffisant à en juger par le nombre de divorces et de cas de nullités dont je ne connaissais même pas l'existence il y a 40 ans!

Le mariage est l'évènement par excellence qui va faire bouger l'homme et la femme sur le plan spirituel. L'union de 2 êtres complètement différents avec la promesse de s'aimer et se respecter jusqu'au bout est un vrai défi, il l'a toujours été mais l'est encore plus dans notre société et sa recherche du plaisir instantanné dans tous les domaines.

Le sacrement de mariage que se donnent les époux avec le Christ faisant le lien entre ces deux "étrangers",n'est pas une garantie mais il est certainement le pilier d'une construction qui prendra du temps, nécessitera beaucoup de patience, de pardons et de miséricorde. Même si les mariés n'en sont pas conscients (c'était certainement notre cas) le sacrement est là, le Christ a été invité et il ne quittera pas même si nous le mettons à l'écart.

Chaque époux suit son chemin de Foi (ou de non foi, d'ailleurs) et là encore la prière et la vie d'église est importante pour continuer cahin caha avec l'autre. Je me souviens de mon mari me dire "Si tu veux que je viennes à ton église, il faudra que tu te convertisses,que je te vois changer". Mais peu à peu les choses ont évolué, sans que je devienne une sainte! Nous nous portons l'un et l'autre à tour de rôle. Il est trop tentant de vouloir changer son conjoint, même si c'est pour son bien! Entrer dans un chemin de conversion et de prière, prendre soin de soi spirituellement, et Dieu fera le reste.

trois-lys_redimensionner.jpg

" À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair.
Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas !
 »
Mat 19:4

Voir les commentaires

La porte étroite

3 Août 2017, 14:02pm

Publié par chantal johnston

Mon bébé a maintenant 19 ans et mes 6 enfants pourraient très bien se débrouiller sans moi.

Ma vie de maman a été comme les montagnes russes, beaucoup de hauts et de bas, toujours en éveil pour essayer de veiller aux besoins de chacun, y compris le papa. Je n'envie pour rien au monde celles qui ont choisi une autre voie, celle du travail à l'extérieur et je compatis avec celles qui n'ont vraiment pas eu le choix.

Une autre étape est arrivée, et quand je vois mon pauvre mari obligé de continuer ce qu'il fait depuis 40 ans pour nous assurer une vieillesse confortable, je me sens privilégiée!

Mais la maison demeure un champs d'activité intense pour moi car 3 de nos enfants y vivent encore la plupart du temps, et je pourrais moi aussi ne jamais arrêter, bizarrement il y a toujours tant à faire. Grâce à Dieu je trouve mon bonheur en me disant chaque soir "Merci Seigneur pour ce que j'ai pu faire et tant pis pour ce que je n'ai pas eu le temps de faire!" même s'il m'arrive parfois de noter sur un calepin pendant la nuit  un oubli que je dois réparer le lendemain!

Mais quel bonheur cette semaine quand ma fille fatiguée d'un long voyage m'a contrainte à m'asseoir et à passer l'après midi sur le canapé à parler de tant de choses, qui lui tenaient à coeur mais aussi de petits riens qui peuplent nos vies. Et alors ce qui n'a pas été pas fait n'est probablement toujours pas fait, mais qu'importe, c'est mon coeur de mère qui a travaillé et s'est empli de douceur. 

La vie de mère au foyer nous apprend à nous donner sans compter et à nous abandonner et le bonheur qui en ressort compense bien largement toutes les difficultés du chemin.La vie de mère est pour moi cette porte étroite qui mène à la vie dont parlé Jésus. Le monde offre aux femmes tant d'illusions de bonheur loin de leur vocation première  et beaucoup succombent car « large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. 14 Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. » (Matthieu 7,13-14)

Bien sûr certaines n'ont pas de choix, d'autres n'ont pas d'enfant et doivent exercer leur maternité en dehors de chez elles, et c'est un grand services que ces femmes rendent pour rendre notre monde plus doux.

Dieu prend soin de chacune si on se tourne vers lui:

"Réjouis-toi,stérile,toi qui n'enfantes plus! fais éclater ton allégresse et ta joie, toi qui n'as plus de douleurs! Car  les fils de la délaissées seront plus nombreux que les fils de celle qui est mariée, dit l'Eternel"  Esaïe 54(1)

 

Voir les commentaires

Ah, si on avait su!!!

4 Juillet 2017, 21:21pm

Publié par chantal johnston

Je vous traduis ce témoignage d'une épouse catholique et sa fertilité, j'ai admiré son honnêteté:

"Nous avons eu 7 grossesses, et fêterons nos 38 ans de marriage dans quelques semaines.

P.et moi même en avons fini avec nos années "reproductives", et cela me manque.Et pourtant en entendant notre petite fille de 3 ans exprimer fortement sa frustration parce qu'elle ne pouvait pas dormir chez elle dans son propre lit, je me suis souvenu combien ces temps avaient été difficiles!

Il faut admettre que nous apprécions pouvoir remettre nos petits enfants à leurs parents. En tant que grands-parents, cette petite croix aussi adorable soit-elle, est un peu plus légère pour nous que pour eux.

J'étais très jeune lorsque j'ai suivi mes premiers cours sur la méthode naturelle de planning familial.J'étais en dernière année de lycée, et P avait obtenu sa licence l'année d'avant. Nous étions fiancés mais ne devions nous marier que 2 ans plus tard. Je voulais utiliser ce temps pour maîtriser cette méthode. Je me souviens même qu'un de mes professeurs et son épouse suivaient ce même cours , ce qui était gênant mais nous sommes passés outre!

Je me souviens aussi du couple sympathique qui enseignait,selon moi d'âge mûr, ils étaient probablement plus jeunes que moi actuellement! Ils nous ont expliqué que cette méthode naturelle avait bien marché pour eux et avait fait beaucoup de bien à leur mariage.Mais ils ne nous ont jamais dit que cette méthode était à utiliser dans des situations importantes voir graves, et non uniquement quand, à certains moments on ne voulait pas vraiment avoir de bébé . Pour nous, produits d'une éducation catholique très libérale dans les années 70,  sauver la planète d'une surpopulation et préserver notre terre de montagnes de couches jetables étaient suffisants pour que nous sortions du cycle de reproduction. Je doute même que la notion de "souffrance salvatrice" aie jamais été évoquée.

J'ai donc appris la méthode, pris ma température, noté les signes de fertilité du mieux possible. J'étais heureuse de voir que mes graphiques correspondaient à ceux qu'on nous avait montrés comme exemple, et je pensais vraiment que ce serait un succès dans notre mariage!

La réalité s'imposa après le mariage! le stress de cette période suffit à bouleverser mon corps et par conséquent tous mes graphiques! Et la méthode enleva tout romantisme à notre mariage.Finalement tout rentra dans l'ordre et nous sommes devenus un couple exemplaire en ce qui concerne la méthode naturelle, avec prises de température tous les matins à 6 h et inscription( ou non )quelques heures plus tard dans mon petit carnet. P. essayait d'ignorer certaines périodes risquées, mais pas moi, et nous avions nos disputes chaque mois.

Mais avec le temps j'ai compris comment mon corps fonctionnait et j'ai appris à reconnaître les signes de mon cycle mensuel. Nous n'avions reçu aucun enseignement sur l'importance d'avoir des enfants pour le mariage et sur l'ouverture à la vie et à toute nouvelle création. Nous n'étions pas dans cet état d'esprit,nous pensions être des personnes "responsables" envers la planète, l'environnement, le féminisme tout en profitant de la vie. C'est ainsi que nous avons traversé notre vingtaine.

Ce n'est qu'après la naissance de notre aîné (probablement conçu pendant une de nos disputes mensuelles) que nous avons réfléchi à la situation.Ce premier bébé nous a vraiment reconduit à la Foi Catholique.Nous avons décidé de vivre d'une manière authentiquement catholique et avons compris que cette méthode naturelle ne nous conviendrait que si nous voulions vraiment éviter ou retarder toute grossesse.Cela ne pouvait pas être un style de vie.Cela nous a libérés car nous avons pu revoir nos priorités dans nos vies.

J'ai découvert le discours sur l'ouverture à la vie et au plan de Dieu pour notre famille.J'étais surprise d'entendre que c'était OK de ne rien faire,ce que je n'avais jamais imaginé.Je me suis même sentie coupable d'avoir passé une grande partie de mon mariage à refuser les enfants que Dieu voulait me donner.

Entre 30 et 40 ans nous n'avons suivi aucune méthode et avons conçu 4 enfants suivis par deux autres après la quarantaine.Cela a-t-il aidé ou blessé notre mariage? Je pense que les idées héritées des années 60 et 70 lui ont fait beaucoup plus de mal que la méthode naturelle de contraception! Au moins avec cette méthode nous avons compris que Dieu avait un plan même pour nos corps.Mon seul regret est que nous n'avons pas compris assez tôt le rôle de la maternité, de la paternité, l'importance de notre relation avec Dieu.

Etre ouvert à l'arrivée d'un nouvel enfant n'a pas toujours été facile, et parfois cela a semblé financièrement impossible.Mais quand je vois mes enfants je  suis tellement heureuse de les avoir, et encore plus heureuse du cheminement de notre vie de couple.

 



Paru en anglais dans le blog "My Domestic Church"
 

Voir les commentaires

Chante Alléluia au Seigneur!

16 Juin 2017, 15:51pm

Publié par chantal johnston

Comme la transfiguration a été une manifestation très concrète de la divinité de Jésus, un mémorial pour les apôtres  qui en étaient témoins, nous aussi avons des petites (ou grandes) révélations sur notre route de pélerin, des révélations qui nous font chanter "Alléluia", mais pas pour suivre le mouvement, par habitude, mais avec vraie conviction.

Les 2 derniers jours notre fille a vécu des moments d'angoisse (et nous avec elle), devant le risque que son dossier de 1ére année de licence ne pourrait pas être transféré dans une autre faculté à cause d'une mauvaise organisation de celle où elle se trouve (je vous épargne tous les détails). Dans ces cas là, mon mari en a assez de dénouer les noeuds dans sa propre compagnie et me laisse en charge de la situation. Après maints coup de téléphone et aucun progrès, je l'ai convaincu de nous accompagner sur place pour agir et parler à quelqu'un. Nous avions prévenu par message téléphonique de notre arrivée avec une autre famille dans la même situation. La partie n'était pas gagnée, car la fin d'année est une période très surchargée pour le personnel. Nous attendions sur le trottoir l'autre famille, quand tout à coup une dame qui sortait de la faculté pour aller déjeuner, a vu ma fille et lui a posé une question, de là nous avons exposé notre problème, notre angoisse  et notre désir de discuter pour le régler. Après quelques discussions elle a accepté, de supprimer son déjeuner, annuler une réunion et de nous accompagner pour en parler avec qui de droit, qui elle aussi a recule un rendez-vous.C'est plus tard autour d'une salade que j'ai réalisé la force de l'intervention divine: Le Seigneur avait fait sortir cette dame juste au bon moment! A quelques minutes près tout aurait pu être beaucoup plus compliqué.Alléluia! Je l'ai fait remarqué à ma fille, qui n'avait pas réalisé, et qui m'a adressé un de ses plus beaux sourires. Alléluia!

Nous avons toutes ce genre de choses qui nous arrive, mais souvent nous oublions bien vite. Dans l'ancien testament, les hébreux construisaient des autels avec des pierres à l'endroit où Dieu se révélait. Il est bon pour nous de dresser des autels, dans nos têtes, dans des agendas, des petits carnets pour se remémorer ce que le Seigneur fait dans nos vies. N'attendons pas les grands évènements! Tous ces mémoriaux nous aident à avancer.

 

 

Voir les commentaires

 "Tu nous a fait pour toi, Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu'il ne demeure en toi"

1 Juin 2017, 08:06am

Publié par chantal johnston

Chaque saison est propice à développer notre relation à Dieu, à entrer dans une échange d'Amour avec Lui. En été, les bancs dans les petits coins du jardin sont pour moi des vrais petits Paradis. Un banc avec ses 'bras' toujours prêts à nous accueillir avec une petite place à côté, littéralement pour le Seigneur, mais aussi, après ,pour les compagnons de vie, ceux qui partagent notre quotidien, famille et amis.

Ne soyons pas avares de notre temps. 5 mn ou plus, en prière plus ou moins longue, et juste pour le plaisir. Je me suis aperçue que chaque fois que j'ai donné de l'argent, fait l'aumone, par la suite,cet argent ne m'a pas manqué. Il est parti, oublié. Connaissez vous cette anecdote? Des missionnaires vont vivre en Afrique et voyant une famille dans la misère (la vraie ,pas celle de chez nous), lui apporte un gros bol de riz, la mère de famille va chez les voisins et leur en donne la moitié avant de retourner chez elle et de partager avec ses enfants.

C'est pareil avec notre temps, ne volons pas à Dieu ce temps qui lui appartient de toute façons. Les 5, 10 minutes ou plus que nous passons avec Lui, au bout du compte ne nous manquera pas.

 "Tu nous a fait pour toi, Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu'il ne demeure en toi". dit Saint Augustin.Nous nous affairons sans cesse, pour les besoins, mais aussi pour le plaisir, toujours à la recherche du sentiment d'avoir bien fait les choses, de s'être épanouies, et finalement de régner en Dieu sur nos vies.Nous n'entendons pas souvent Jésus qui nous appelle "Marthe! Marthe !Tu t'agites et tu t'inquiètes pour bien des choses!..." Il ne nous demande pas forcément de tout laisser tomber, mais seulement de lui faire une place. C'est vrai que toute notre action peut être prière, mais seulement si on a pris le temps de s'arrêter pour Lui parler et surtout pour L'écouter.

Quel beau témoignage si les autres , y compris vos hôtes ,voient que vous passez un peu de temps en prière. Je me souviens de cette amie, mère de 10 enfants chez qui je passais quelques jours. Chaque matin elle disparaissait après le petit déjeuner pour prier dans sa chambre. Lorsque je deviens flémmarde dans la  prière, je pense souvent à elle.Quel beau témoignage aussi pour nos enfants! 

 

Voir les commentaires

Mon bien-aimé a parlé ; il m'a dit : « Lève-toi, mon amie, viens, ma toute belle.

20 Mai 2017, 18:07pm

Publié par chantal johnston

Quoiqu'on fasse, il arrive un moment où la lune de miel est terminée, le train train quotidien, les problèmes, le stress, les enfants, les questionnements prennent le dessus et on remet en cause la valeur de notre mariage. Tôt ou tard le bien-aimé devient un mal aimé, les roucoulements font place aux grinchements.

Et pourtant non seulement nous nous sommes engagés à aimer notre conjoint, mais ce jour là, le Seigneur était au milieu de nous et s'est engagé à nous aider à tenir bon, à maintenir le cap! Souvenons nous de celà. La semaine dernière j'ai assisté à un mariage et le célébrant a invité toutes les personnes mariées à renouveler dans leur coeur les promesses de leur mariage pendant que le nouveau couple s'engageait sur la même route. Quelle belle idée! Nous devrions en fait le faire chaque jour!

Voir les commentaires

Vous n'avez toujours pas votre "Roaster"?

17 Mai 2017, 16:21pm

Publié par chantal johnston

Vous n'avez toujours pas votre "Roaster"? Un plat en dix minutes:

J'ai coupé mes légumes, mon poulet ,ajouté sel,poivres herbes, vinaigre balsamique, un peu d'huile, et mis au four sur 180 pendant 1h30. Quoi de plus facile, un peu de riz où ce qui vous plait le plus comme féculent, le tour est joué!

Je viens de voir que la nourriture n'est pas mentionnée dans le proverbe sur la femme vaillante! Hum HUm!

Avez vous l'habitude de prier avant vos repas? C'est une habitude que nous avons prise il y a très longtemps. Un moyen pour toute la famille de se reconnecter à Dieu, et c'est le seul moment pour certains de nos enfants qui se sont éloigner, mais aussi une manière de témoigner en toute simplicité de notre Foi lorsque nous avons des invités.

Voir les commentaires

Pourquoi, Seigneur?

8 Mai 2017, 12:51pm

Publié par chantal johnston

Voici un article tiré d'un magazine anglais que j'ai traduit pour vous en espérant que les mamans concernées y trouvent encouragement.

Parce qu'elle était intervenante à un colloque évangélique, pour moi il allait de soi qu'elle était une chrétienne heureuse et comblée. J'avais tort.

"J'ai deux fils,me dit-elle, ils sont tous les deux en prison, je ne pensais pas pouvoir intervenir dans ce colloque avec mes enfants qui ont si mal tourné. Mais le Seigneur m'a conduit à conseiller d'autres femmes qui ont la même souffrance que moi. Et beaucoup de ces mères qui regardent cette situation comme un échec, retrouvent la Foi en Christ"

Quelques semaines plus tard j'ai été amené à raconter ce témoignage, un couple m'a approché et m'a remercié en ajoutant:" Alors que nous étions en mission en Asie, nous avons appris que notre fils venait d'assassiner sa femme et ses 2 enfants. Nous avons pensé que nous n'étions plus dignes d'être en mission. Maintenant, nous pensons que nous le pouvons peut-être"

Beaucoup dans l'église voudraient servir activement, mais pensent que ce serait hypocrite. "Comment osons nous parler du Sauveur quand on n'est même pas capable de gérer sa propre maison ?"

Telle personne encourage les parents pour suivre les préceptes de Dieu, tout en se demandant où elle même s'est égarée pour que sa fille emménage avec son petit ami!

Nombreux sont les croyants qui ont prié pour leurs enfants, les ont consacrés au Seigneur, leur ont enseigné ses préceptes. Ils examinent leur vie, se demandent où ils se sont trompés et crient vers le Seigneur.

Que s"est-il passé? Ils ne savent pas et posent cette question à Dieu, et malgré tout ils mettent leur confiance en Dieu et continuent , souffrant au plus profond d'eux mêmes.

Ils ne peuvent se vanter de leurs succès de parents, grand-parents, et pourtant Dieu les utilisent pour conforter ceux qui sont dans la même situation mais ne savent pas comment continuer sur le chemin de la foi, car dans une église où chacun porte souvent un masque,ils voient "quelqu'un qui comprend, qui sait ce que je ressens!"

Nous ne devons pas laisser Satan gagner sa lutte pour détourner nos enfants, en nous cachant et refusant de témoigner de la puissance de Dieu.Celui-ci peut nous utiliser pour aller à la rencontre de ceux qui connaissent la même souffrance que nous.De même que le Seigneur peut se servir d'autres personnes en souffrance pour témoigner auprès des enfants rebels.

Dans une grande ville un homme qui avait été rebel toute sa vie, plus de 50 ans, a vu de nouveaux voisins emménager, ignorant qu'ils était croyants. Des liens se sont tissés et peu à peu la vie de cet homme a commencé à changer, jusqu'à ce qu'il retourne à l'Eglise. Cet homme ne savait pas que nombreux étaient ceux qui avaient prié pour lui pendant ses années de rebellion.

Nous sommes entourés de parents qui prient sans cesse pour que le Seigneur envoie quelqu'un sur la route de leurs enfants qui se sont détournés de Lui. Nous pouvons être ce "quelqu'un". Quoiqu'il nous arrive, quelle que soit notre souffrance, nous sommes les "envoyés de Dieu". Nous sommes appelés. Nous pouvons confier nos enfants prodigues au Seigneur et continuer à le servir où qu'Il nous envoie.

Voir les commentaires

La Maternité: Un Vrai Privilège!

26 Avril 2017, 18:04pm

Publié par chantal johnston

Vocation : Acte par lequel Dieu prédestine tout homme à un rôle déterminé, qui constitue sa fin personnelle, en particulier destination, appel au sacerdoce ou à la vie religieuse. Destination d'un être, ce vers quoi sa nature ou le destin semblent l’appeler.

La maternité n’est pas une occupation anodine que l’on peut caser dans un coin de sa vie pour combler un vide ou compléter une existence déjà bien remplie. Elle est une vocation, celle que Dieu a allouée à la Femme. La maternité est le sens de la vie de toute femme : donner le jour du plus profond d’elle-même à un être nouveau que son mari aura fécondé dans un moment d’Amour où les 2 ne font plus qu’un. La conception, la naissance ne sont que le début d’une grande aventure qui ne se terminera que dans l'Au-Delà. Marie est restée pleinement mère jusqu’au pied de la Croix..

La femme est faite, conçue pour enfanter.Bien sûr, pour beaucoup de femmes cela ne se concrétisera pas et leur capacité à se donner prendra un autre chemin, je pense à toutes celles qui choisissent la vie religieuse, ou de laïques consacrées et mettent leur maternité au service de l'Eglise, mais aussi à toutes les célibataires, souvent malgré elles et qui peuvent pleinement se tourner vers les autres, à tous ces couples stériles biologiquement mais qui eux aussi peuvent s'ouvrir au monde.

L'enfantement n'est pas l'affaire de 9 mois d'attente et un jour d'accouchement, mais bien de toute une vie.Malheureusement la société (ou plutôt Satan, comme au jardin d'Eden) fait de la femme une victime de sa composition biologique: la maternité est un handicap dont il faut absolument se débarrasser par toute une armada de moyens contraceptifs, ou limiter les conséquences en retournant le plus tôt possible sur le marché du travail payé, car quand l'enfant parait, horreur, la femme doit prendre garde ne pas devenir un légume!

 

C'est ainsi que tout un cheminement qui pourtant a été rendu beaucoup plus facile grâce aux progrès de toutes sortes, y compris dans la reconnaissance de la valeur de la gente féminine, devient de moins en moins une option pour nombreuses d'entre nous.

"Ta mère était, comme toi, semblable à une vigne, Plantée près des eaux. Elle était féconde et chargée de branches, A cause de l'abondance des eaux." dit Ezekiel (19:10)

"Ta femme est comme une vigne féconde Dans l'intérieur de ta maison; Tes fils sont comme des plants d'olivier, Autour de ta table." dit le psaume 128

Bien sûr la vie de mère de famille n'est pas la plus facile, surtort dans une société où elle se retrouve souvent seule, ses consoeurs ayant préféré servir un patron qu'un mari et des enfants. Là encore certaines n'ont pas le choix, le veuvage, l'abandon d'un mari, ou le piètre salaire de celui ci les force à travailler ailleurs que chez elles!

Mais une majorité sacrifie la vie de famille pour rentrer de plein pied dans le cercle infernal du consumérisme, du productivisme.

Et pourtant l'enfant n'a pas demandé à naitre , c'est Dieu qui lui fait le don de la vie avec un père et une mère pour s'occuper de lui et l'aider à avancer; Et si Dieu a donné à la femme de porter cet enfant, qui va prendre des années pour gagner son autonomie, celui ci n'a-t-il pas le droit d'avoir sa mère à côté pour l'accompagner.La grossesse et l'accouchement, qui sont parmi les choses les plus naturelles, deviennent une vraie épopée où il n'y a plus grand chose de naturel, le nouveau né est adulé, mais ce sera rapidement quelqu'un d'autre que sa maman qui sera témoin de toutes ses premières fois, qui l'éduquera, et à l'adolescence il découvrira la solitude d'une maison vide pendant de longues heures!

"Ta mère était, comme toi, semblable à une vigne, Plantée près des eaux. Elle était féconde et chargée de branches, A cause de l'abondance des eaux." dit Ezekiel (19:10)

"Ta femme est comme une vigne féconde Dans l'intérieur de ta maison; Tes fils sont comme des plants d'olivier, Autour de ta table." dit le psaume 128

Et pourtant, être mère de famille est un privilège. La TPE (très petite entreprise) est toute trouvée, mais il n'y a pas de mode d'emploi, la mère doit user de son imagination et de son énergie pour la faire fonctionner au profit de chacun des membres. Les horaires changent et évoluent avec le nombre d'enfants, leur âge, les locaux , la situation du père. 

Le plus grand défi pour nous, mères au foyer, c'est de ne pas s'enfermer sur les siens mais de s'ouvrir également au monde. Les enfants, petits,sont un véritable atout pour rencontrer des autres, lorsqu'ils sont plus grands ils nous laissent plus de temps pour développer nos talents quels qu'ils soient.

Et arrive aussi le jour où nos propres parents ont besoin d'aide! Eux qui nous ont langées dans notre tendre enfance parfois redeviennent comme des enfants, et ne pas pouvoir s'en occuper parce qu'on a un emploi payé est pour moi un vrai crève coeur. Je rends visite à une de mes vielles amies en maison retraite , et je retiens souvent mes larmes!

La vie, quelle que soit la route qu'on prend est difficile, mais la vie sans Dieu devient un vrai Chaos. Où que nous soyons nous sommes appelées à prier sans cesse comme le dit Saint Paul (1 Thessalonicien 5:17). La vie de mère de famille est une réelle vocation qui se réalise à temps plein mais ne peut se vivre comme telle qu'avec l'appui de la prière:

" Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain " Psaume 126

La chute du nombre de "pratiquants" dans nos églises n'est-elle pas en lien direct avec le faible nombre de mères au foyer? L'un ne va pas sans l'autre.

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>