Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eternel est son Amour

Dieu veut notre bonheur

18 Mars 2017, 12:06pm

Publié par chantal johnston

L'Evangile de ce jour (Luc 15) est probablement un des plus connus, c'est celui du Fils prodigue. Ce texte est très riche, souvent adopté lors de célébrations pénitentielles et sujet de tant d'analyses, homélies ,etc...

Mais ce matin ,face à ce passage qui me pose beaucoup de questions, face à ce fils aîné qui résonne en moi (je suis une fille aînée!), j'ai remarqué que la fête est au centre de cette histoire. Le mot" festoyer" revient à 4 reprises.

Pourquoi le deuxième fils est-il parti? Parce qu'il ne supportait plus cette vie de travail et voulait faire la fête. Pour lui, vivre auprès de son père et s'amuser n'était pas compatible, et les tentations du monde l'ont probablement emmené bien au delà de ce qu'il voulait initialement.Il a quitté son père est a perdu tout moyen de se contrôler.

Lorsque le fils revient le père n'a qu'une idée en tête , celle de l'accueillir en "festoyant" autour d'un bon repas.
Lorsque le fils aîné apparait ce qui le surprend c'est la musiques et les danses, signes de fêtes que  lui aussi n'associe pas à  la vie auprès du père ,de plus il regrette de n'avoir jamais été le centre d'une fête.

Le jeune fils a parlé avec son père, lui a sans doute fait des reproches et s'est éloigné avec son pactole.
L''autre fils a obéi sans aucun plaisir, n'a pas fait part de ses griefs à son père, mais au fond de lui il y avait probablement ce désir de jouir de la vie. Le plus triste est qu'il aurait pu le faire si seulement il avait parlé à son père, ce père qui veut lui aussi célébrer la vie avec ses enfants.

Dieu veut notre bonheur, et la fête en  est  la concrétisation.C'est un aspect de la vie Chrétienne que nous oublions trop. Si nous restons en communion avec ce Père, nous pouvons célébrer en toute sécurité, tous les évènements qu'Il nous donne de vivre.40 jours de carême ,entrecoupés de Dimanches de la résurrection et suivis de 50 jours de fêtes jusqu'à la Pentecôte, l'Eglise dans sa sagesse nous aide à festoyer, car ceci est un besoin humain. Nous avons aussi dans nos familles tellement d'occasions de vivre en fête, ne les oublions pas!

 

 

Commenter cet article